Pourquoi la banque refuse un crédit ?

Il arrive qu’un crédit ne soit pas accordé, ce qui peut compromettre certains projets voire corser la situation financière de son demandeur. Comment éviter le problème et surmonter cette impasse ?

Un dossier mal monté à l’origine d’un crédit refusé

Lors de l’instruction de la demande d’un emprunt, l’analyste connaît à l’avance les standards attendus par les banques pour s’assurer une réponse favorable de leur part. Toutefois, il arrive que par surprise, l’organisme bancaire s’oppose à l’instruction en cours pour plusieurs raisons. Cette situation est désagréable pour le ménage qui compte sur ce crédit pour lancer un projet d’acquisition de maison, de voiture ou de rénovation. D’autres sont en attente d’une réponse pour rebondir après un mauvais pas dans la gestion de ses finances.

Néanmoins, un crédit refusé ne tombe pas par hasard. Il arrive que le demandeur n’ait pas toujours fait preuve d’exactitude dans la fourniture des éléments, même de manière involontaire. En effet, il ne suffit pas de se concentrer sur les mensualités à rembourser et les revenus que perçoit le ménage pour entrer dans les conditions d’acceptation. Parfois, ce sont des petites sommes accumulées qui à première vue paraissaient insignifiantes, mais contribuent malgré tout à ce refus. Pour ne pas subir ce dédit, il convient d’évaluer les abonnements et les dépenses récurrentes les plus minimes qui peuvent impacter le budget du ménage.

Cette situation arrive aussi lorsque le foyer gère son budget à partir de plusieurs comptes bancaires, ce qui complique sa lisibilité. Lors de l’instruction de l’étude de faisabilité, l’analyste va détecter les failles et peut découvrir des éléments discordants.

En outre, une pension alimentaire amoindrit le reste à vivre ce que la banque prendra en compte. Cette charge se caractérise par sa régularité et correspond à la même nature que l’acquittement d’un loyer.

Comment éviter un refus de crédit de sa banque ?

Avant de renvoyer les informations personnelles pour une demande de crédit, le demandeur vérifie les pièces justificatives et informe précisément sa situation personnelle.

Le niveau de revenu et la capacité d’endettement sont déterminants, mais d’autres circonstances entrent en jeu. Ainsi la tenue des comptes bancaires influe, sur le dossier de la même manière que la capacité d’épargne. S’il s’avère que le recours aux découverts s’assimile à une habitude, l’acceptation risque de se compliquer. À cela, les mensualités de prêts ne peuvent dépasser 33 % des revenus globaux, alors les chances de se montrer capable de rembourser un nouvel emprunt risquent de disparaître.

Parfois, certaines banques déterminent des critères d’octroi de crédits plus stricts que leurs concurrents. Si un emprunteur rencontre ce type de problème, il pourra se tourner vers un intermédiaire en relation avec plusieurs prestataires. En multipliant le nombre de contacts, le demandeur dispose davantage de pistes qui concordent avec ses besoins. Cette procédure lui permet de mieux comparer les offres tout en préparant un dossier unique.

Enfin, l’inscription au fichier FICP (Fichier National des Incidents de Remboursement des Crédits aux particuliers) rend quasiment impossible l’accord d’un nouveau prêt à moins d’entrer en contact avec un organisme spécialisé avec des critères très stricts.

Posted in Actualités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *