Comment se réintégrer dans le système bancaire avec le microcrédit?

Un micro crédit pour quelle circonstance ?

Pour réintégrer une partie de la population exclus du système bancaire, le micro-crédit s’avère comme un remède efficace et simple à mettre en œuvre. Depuis 1976, Muhammad Yunus implanta 1 400 succursales au Bangladesh pour faire sortir les villageois de la pauvreté. L’entraide et la solidarité garantit le remboursement tout en démontrant son efficacité puisque le taux de défaillance demeure faible : à peine 3,5%. Ce type de crédit permet aux populations de créer une petite activité pour en vivre décemment en appliquant un taux d’usure acceptable.

En France, des organismes de micro-crédit aident désormais les foyers à réorganiser leur compte et préparer des projets de création d’entreprise. Il s’adresse aux chômeurs, travailleurs précaires, aux étudiants, ou même aux personnes âgées au minimum vieillesse, qui ne bénéficient pas forcement des aides sociales, et dont leur revenu demeure trop faible pour avoir les faveurs de leur banque. Dans une situation difficile le  microcrédit permet de surmonter le cap comme le remplacement d’une voiture, le paiement d’une formation, l’avancement des frais de santé. Le montant du micro-crédit peut être compris entre 500€ et 5 000€ avec une durée de remboursement qui s’étale de 6 à 36 mois dont les taux d’intérêt se limitent à 4% afin d’éviter l’emprunteur de se surcharger avec un taux usurier. A cela, une garantie de fond porte jusqu’à 50% de la valeur totale du crédit en cas d’incapacité de paiement.

Par exemple pour un micro-crédit de 2 500 €, d’une durée de 36 mois au taux débiteur annuel fixe de 4%, soit un TAEG fixe de 4,08%, la mensualité est de 73,81€ (hors assurance facultative) et le montant total dû par l’emprunteur est de 2 657,16€. Avant d’engager un microcrédit il est inutile de se tourner auprès des organismes dits «classiques» mais de prendre la direction d’un organisme sociale.

Comment obtenir un micro crédit

Inspiré par les résultats de Muhammad Yunus, la loi Borloo de nouvelle régularisation économique de 2005 comporte un volet « soutenir le développement de la micro confiance » qui définit  les contours du micro crédit en France. Le crédit municipal qui octroie des crédits sur gage depuis deux siècles aux plus défavorisés, étend désormais ses services avec le micro crédit. En l’espèce, l’emprunter peut se renseigner auprès de sa mairie pour retrouver les régis de quartier, les maisons pour l’emploi, ou les centres communaux d’action sociales qui accordent ce type de crédit.

Dans le cadre d’un microcrédit dit de longue durée,  (au-delà de 3 ans) un accompagnement peut-être proposé pour faciliter la médiation entre les tiers. Généralement accordé aux porteurs de projet de création d’entreprise, ce suivi aide la bonne conduite du projet pour réduire les risques de défaillance. Enfin, le micro crédit créé de nouvelles possibilités pour les personnes excluent du système bancaire et peuvent désormais se projeter vers l’avenir pour résoudre un problème critique ou créer son propre emploi.

Posted in Actualités.